Du bon usage de « parlementaire »

Un magistrat traité de « parlementaire » en 1652

J’avais été étonnée, il y a quelques années, du ferme mécontentement exprimé par le conseiller Sevin, le 1er juillet 1652, en l’assemblée des chambres du parlement de Paris parce qu’il ressentait comme une agression verbale d’avoir été traité de « parlementaire » par un homme de la rue. Cela m’avait alertée sur la pertinence de l’emploi du mot : « parlementaire » en histoire du Parlement. Pour habituel qu’il soit devenu dans l’historiographie, même la plus savante, il me semblait nécessaire de toujours veiller à l’exactitude de la terminologie, source parfois d’anachronisme.

Le contexte était « chaud » : on se trouvait, à Paris, dans les jours qui ont précédé l’insurrection dite « Journées des pailles », d’une violence toute particulière1. Voilà les termes mêmes employés par Sevin tels que nous les a transmis son collègue Le Boindre2 :

« M. Sevin, [dit] qu’il n’y a aucune sûreté sur [f° 281/141] l’écrit du prévôt des Marchands, puisque ces précautions n’ont pu empêcher la dernière insulte faite à la compagnie après laquelle il avoit cru que l’Hôtel de Ville composé de tous ses corps en viendroit donner satisfaction et demander excuse, ce qu’il pense n’avoir osé faire tant le menu peuple est ému contre la compagnie, de quoi il avoit eu ce matin un exemple en sa personne, un homme de néant l’ayant attaqué de paroles insolentes et l’ayant appellé « parlementaire », en sorte qu’il n’estimoit pas à propos de s’exposer davantage aux assemblées publiques et prioit la compagnie de trouver bon qu’il étoit résolu de n’y plus venir. »

L’inépuisable ressource du dictionnaire

Aujourd’hui, je livre à votre méditation cet extrait (mot pour mot) du Dictionnaire de l’Académie françoise :

p. 231 :

« Parlementaire. s[ubstantif]. On appeloit ainsi pendant les divisions de l’Angleterre, quiconque tenoit le parti du Parlement contre le Roi.

Parlementaire.adj. des deux genres. Qui appartient au Parlement. On l’emploie rarement en parlant des Parlemens de France. On dit les formes du Parlement, et non parlementaires. Celui-ci se dit du Parlement d’Angleterre. Esprit, régime, usages, formes parlementaires. Armée parlementaire. »

Dictionnaire revu et corrigé et augmenté par l’Académie elle-même, tirage de 1831, t. II, L-Z.

Les sources en provenances de la magistrature elles-même, à partir du milieu du XVIIIe siècle, ne paraissent pas, en revanche, avoir conservé de nuance péjorative à ce mot. Il faudrait vérifier.

  1. cf. l’analyse de Robert Descimon, voir page Biblio []
  2. cf. Débats du Parlement de Paris pendant la Minorité de Louis XIV, Paris, éd. H. Champion, t. II []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

3 réflexions sur « Du bon usage de « parlementaire » »

  1. De Philippe Paschel, ingénieur d’étude à l’IHD (CNRS)

    Dans le « Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts » de FURETIERE (1690), on trouve la définition suivante :
    PARLEMENTAIRE : qui est du parti du Parlement. Il ne se dit guère qu’en cas de trouble et de révolte, quand il y a un party formé du Parlement contre celui du Roy. Les Parlementaires d’Angleterre.

    Sans être une injure, c’est nettement dépréciatif.

  2. Il me semble que c’est non seulement péjoratif, mais aussi impropre (cela renvoie à une situation historique parfaitement identifiée)

    Même sens (et même définition) dans le Dictionnaire de l’Académie française, 1718, 4e édition (1762) et 5e (1798)/
    PARLEMENTAIRE. s. On appeloit ainsi pendant les divisions de l’Angleterre, quiconque tenoit le parti du Parlement contre le Roi. Le parti des Parlementaires.

    Cette dernière édition ajoute ceci:

    Parlementaire. adj. des 2 g. Qui appartient au Parlement. On l’emploie rarement en parlant des Parlemens de France. On dit, Les formes du Parlement, et non, parlementaires. Celui-ci se dit du Parlement d’Angleterre. Esprit, régime, usages, formes parlementaires. Armée parlementaire.

    voir http://artflx.uchicago.edu/cgi-bin/dicos/pubdico1look.pl?strippedhw=parlementaire&headword=&docyear=ALL&dicoid=ALL

    De fait je n’ai pas souvenir d’avoir beaucoup rencontré ce mot au XVIIIe siècle.

    1. Merci de ce renfort opportun. Historiens des Lettres et littéraires sont, comme vous, sans doute plus sensibles que les juristes à la parfaite adéquation du vocabulaire et de la terminologie à employer dans un contexte historique donné. Les usages de l’enseignement, en particulier, nous font admettre trop souvent un certain laxisme, par approximation, de la terminologie. Pour ma part, je suis persuadée que nous devrions, au moins pour la période antérieure aux années 1750, bannir l’emploi de « parlementaire » pour désigner un magistrat ou officier des parlements d’Ancien Régime. Cela éviterait tout anachronisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *