Avis de décès du « découvreur » de Gilbert de L’Isle, Blake T. Hanna

Le Professeur Benoît Melançon, directeur du Département des littératures de langue française à Université de Montréal1, publie chaque mois sur internet une notice bibliographique du plus grand intérêt sur les dernières publications en langues française et étrangères sur le XVIIIe siècle français. Il a la grande libéralité de faire profiter ses abonnés, dont j’ai l’honneur d’être, de l’actualité historiographique sur ce thème. Nous ne l’en remercierons jamais assez, puisqu’il nous permet, accessoirement, d’alimenter BibliParl de nouveautés historiographiques concernant le(s) Parlement(s) et cours souveraines.

Aujourd’hui, il vient d’adresser à ses correspondants un avis de décès : celui du regretté Professeur Blake Thompson Hanna. Ce dernier vient de mourir le 6 avril. Né en 1927, il s’est donc éteint à 88 ans. Longtemps professeur (passionné et, paraît-il, passionnant) au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal (1957-1992), il a publié des travaux sur la littérature du Siècle des Lumières, notamment sur Diderot, dont il a beaucoup étudié les années de formation, et sur d’Alembert et l’Encyclopédie.

Je me permets de lister ici l’extrait de sa bibliographie composé par le professeur Melançon :
– «Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. Diderot par Mme de Vandeul, sa fille», dans Diderot, Œuvres complètes, Paris, Hermann, 1975, vol. I. Texte présenté, établi et commenté par Arthur M. Wilson et Blake T. Hanna.
– «Diderot théologien», Revue d’histoire littéraire de la France, 78, 1, janvier-février 1978, p. 19-35.
– «Mather Flint et la prononciation de l’anglais vers 1750», dans Guy Rondeau, Gilles Bibeau, Gilles Gagné, Gilbert Taggart et Jean Darbelnet (édit.), Vingt-cinq ans de linguistique au Canada. Hommage à Jean-Paul Vinay par ses anciens élèves, Montréal, Centre éducatif et culturel, 1979, p. 363-375.
– «Le Frère Ange, Carme déchaussé, et Denis Diderot», Revue d’histoire littéraire de la France, 84, 3, 1984, p. 373-389.
– «Denis Diderot : formation traditionnelle et formation moderne», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 5, octobre 1988, p. 3-18.
– «Denis Diderot : formation traditionnelle et formation moderne», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 264, 1989, p. 719-721.
– «D’Alembert à l’université», dans Ulla Kölving et Irène Passeron (édit.), Sciences, musiques, Lumières. Mélanges offerts à Anne-Marie Chouillet, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, coll. «Publications du Centre international d’étude du XVIIIe siècle», 11, 2002, p. 37-45.
– «Les archives Wilson», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 36, avril 2004, p. 159-163.
– «Glane. “Coup de boule” à Langres en 1730», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 43, 2008, p. 159-160.

Nous placerons à part un article qui a été à l’origine de ma propre identification du personnage qui retient majoritairement mon attention et mon temps de travail depuis au moins sept ans : Jean Gilbert, mon greffier préféré :

«Jean-Gilbert DeLisle, le Samuel Pepys français», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 304, 1992, p. 885-888.

J’ai vainement cherché à joindre le Professeur Hanna fin 2004 et en 2005, par tous les moyens, téléphoniques et internet, mais sans réponse aucune. Or il a été le premier à exhumer ce personnage que j’ai découvert en 2001-2002 par des recueils de la série U des Archives nationales de France, qui lui étaient attribués ou bien sur lesquels il s’était explicitement identifié.  Vous savez tous qu’il est au centre de mes derniers travaux sur le Parlement de Paris. Or en 2005, j’avais une question cruciale à poser  à Blake T. Hanna  : il révélait dans son article avoir retrouvé, en date de 1735, le contrat de mariage de la fille de celui qu’il croyait pouvoir prénommer, à tort, Jean-Gilbert. Il s’agissait a priori d’une pièce du Minutier central parisien, et je n’ai jamais réussi à refaire le chemin de sa trouvaille. Je reste naturellement ouverte à toute suggestion !

Pour le détail de la vie de Blake T. Hanna, voir :

http://plus.lapresse.ca/avis-de-deces/13c828a5-ec2a-4c48-a815-658084d98021.html

A la famille, je présente mes condoléances les plus intellectuellement sincères.

  1. Directeur scientifique des Presses de l’Université de Montréal, Membre de la Société royale du Canada, Membre de l’Ordre des francophones d’Amérique []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *