Un plaisir absolu

Avec plus d’un an de retard – pardon ! – j’ai pu savourer, ces dernières semaines, ligne à ligne, page par page, la splendide synthèse que Madame Arlette Jouanna a donné au public sous ce titre :

Le pouvoir absolu. Naissance de l’imaginaire politique de la royauté[1]

« Pouvoir absolu » : c’est, il me semble, la première fois qu’un auteur transgresse la vulgate historique qui impose le terme d’« absolutisme » pour désigner le régime de la France, des rois Valois-Angoulême et Bourbons, de François Ier à la Révolution française. Pour autant elle ne se résout pas non plus à l’expression de « monarchie absolue ». Le fil conducteur pourrait être l’opposition classique entre cette dernière et le/les « Parlement(s) » de France, tant les sources « parlementaires » (institutionnelles ou individuelles) sont mises à contribution de chapitre en chapitre. Et pourtant, la nouveauté du point de vue est évidente. On sent ici, tout simplement, à la fois la fidélité de l’auteur à Roland Mousnier, son maître, et sa prise en compte des débats ultérieurs (aux travaux de son directeur de thèse) ainsi que sa conscience de l’évolution historiographique. En fait, après maintes tentatives plus ou moins adroites, il s’agit d’aller tout au fond du problème que pose cette « monarchie » française, d’en éclairer les données historiques pour en extraire enfin une problématique purement politique. La réflexion dépasse donc les circonstances pour atteindre à l’intemporel.

L’ouvrage réalise un tour d’horizon extrêmement complet, et donc rare, de la bibliographie sur ce thème – cent fois remis sur le métier – de la nature et de la transformation du régime politique français, au tournant de la Renaissance et de la Modernité. Les historiens du droit ont été mis à contribution tout autant que la littérature scientifique issue des facultés des Lettres. Une part considérable et pleinement justifiée est faite aux apports des écrivains anglo-saxons, plus largement à la production étrangère dont Madame Jouanna connaît les langues. Mais loin d’un patchwork d’emprunts aux travaux des autres[2], Arlette Jouanna a réalisé une œuvre pleinement personnelle, parfaitement pensée, car elle a fondé son livre sur sa maîtrise des sources et sur leur interprétation rigoureuse au regard du contexte événementiel qu’elle connaît tout aussi précisément. Sur la piste ouverte par Roland Mousnier dans son séminaire si fondateur des années 1960-70, elle est allée chercher tous les auteurs mineurs, secondaires ou oubliés, de la période qu’elle envisage ici : le XVIe siècle, de François Ier à Henri IV. Naturellement les « grands » ne sont pas délaissés (de Seyssel à Montaigne, en passant par Du Tillet ou La Boétie et à De Thou, Le Maistre ou Harlay), mais ils sont traités avec originalité par une relecture aussi attentive que personnelle, permettant de relier entre elles logiquement des propositions dispersées ou paradoxales.

Le livre est un triptyque (de treize chapitres en numérotation continue : cela souligne la continuité, la logique de la démonstration d’un bout à l’autre de l’ouvrage), introduit puis suivi d’un dossier d’appendices. Là sont les notes, la recension des sources, une bibliographie sélective et, enfin, des remerciements : y figure le nom de Ran Halévy dont les travaux, justement, participent d’une démarche similaire et aboutissent à des conclusions analogues pour un autre moment de l’histoire de l’Ancien Régime.

Dans la première partie (p. 21-145), intitulée : « Un legs médiéval : le danger du pouvoir absolu », l’auteur décrit les cinq grandes caractéristiques du pouvoir royal au début de la période : (1) un pouvoir « délié » des lois, mais « lié par la raison » (qui est au sens plein ce « bon sens » que les scolastiques assimilaient à la règle du Dieu créateur subsistant dans la conscience de l’homme, même après la Chute) ; (2) un pouvoir « absolu » en cas d’extrême danger seulement ; (3) un pouvoir encadré par « le conseil et la délibération » ; (4) une obéissance « consentie » ; (5) un « autoritarisme » éventuel de certains rois (Louis XI, avant la période ; François Ier à l’apogée de la Renaissance) qui ne peut être qualifié sans abus, selon l’auteur, « d’absolutisme ».

La deuxième partie (p. 147-230), « Guerres civiles, mystère de Dieu », présente le cœur de l’explication de toute l’évolution ultérieure : le traumatisme spirituel et temporel, ecclésiologique et politique, de la déchirure de « la Tunique sans couture », conséquence de la Réforme religieuse. C’est – et Madame Jouanna a parfaitement raison – « l’écroulement du monde ancien » (ch. 6) . Entre le Christ et son Eglise, d’une part, les hommes – rois, prêtres ou simples fidèles – et les institutions civiles qui les constituent en sociétés, d’autre part, l’abîme de la discorde s’est ouvert, béant, définitif, créant du même coup un « espace » nouveau pour le « pouvoir absolu » (ch. 7), jusque-là circonscrit à « l’extraordinaire ». Les savants, les autorités responsables, cherchèrent alors la parade : c’est là que sont apparus les « prodromes de l’idée de constitution » (ch. 8) quand les circonstances dramatiques nourrissaient le « malcontentement » de l’élite et du peuple (ch. 9). Sur la « constitution », l’auteur trouve le ton juste entre un négationnisme d’un constitutionnalisme, au sens strict, qui n’appartiendrait qu’à l’univers de la contemporanéité,  et une affirmation trop extensive qui est le risque parfois encouru par l’historiographie de confondre la situation anglaise avec la tradition propre à la France.

La troisième partie est intitulée « Vers la sacralisation du pouvoir absolu » (p. 231-312). Elle analyse dans la doctrine (Bodin, Montaigne…) comment, sous l’effet des guerres de Religion, l’on est passé de la conception d’un « pouvoir » absolu lié à l’exception à celle d’un « vouloir absolu » qui entre dans le registre de « l’ordinaire » et qui est déféré à la seule personne du roi (ch. 10). La tentative de la Ligue de « rendre le pouvoir absolu à Dieu », qui paraît aux antipodes de la démarche des juristes, aboutit finalement à un transfert comparable pour faire front à une révolution majeure. Celle-ci s’est produite en 1584 : elle consiste en la rupture du lien entre « cité terrestre » et « justice divine » (ch. 11). Dans cette âpre controverse au goût de sang surgit une réalité qui est « politique » dans un sens nouveau, moderne : l’Etat, fondé sur « une mystique de l’obéissance » et qui permet de « (re)penser l’ordre » (ch. 12). Et la boucle se boucle avec Henri IV après 1593 : « roi choisi de Dieu » (ch. 13), Henri IV réunit en lui toute l’évolution conceptuelle du politique, car ce n’est plus seulement sa fonction qui est « sacrée », mais bien « sa personne » même ; ce n’est plus son pouvoir qui est « absolu » pour un temps, mais son « vouloir » qui se trouve dégagé, continuellement, de toute obligation de consentement, de délibération, de toute institution modératrice ou médiatrice, de toute transcendance contraignante : son « droit divin » repose sur un « choix divin », de lui seul et de personne d’autre. Son catholicisme de ralliement réalise la synthèse que nul avant lui n’avait osé imaginer : dans sa bonhommie apparente, il sait que lui seul peut se prévaloir d’avoir « restauré l’Etat » et « remis » les gens « en leur maison » (c’est-à-dire, rétabli la paix civile). Par sa seule volonté » ! Si veult le roi, si veult la loi… Incroyable synthèse d’un droit romain impérial renouvelé aux sources des traditions françaises. Voilà, je crois, de quoi naît l’Etat « moderne ».

Arlette Jouanna n’a pas seulement une culture immense, le jugement sûr et l’art de l’exposition. Elle ajoute à tout cela un style parfaitement fluide, compréhensible par tout un chacun, sans cet apparat de termes « savants » qui ont été nourri de la mode pseudo-scientifique des disciplines qui avaient du mal à faire prévaloir leur autonomie. Madame Jouanna est un grand professeur, une historienne qui pense… Cela existe.

Après le Pouvoir absolu, Madame Jouanna vient de publier un Prince absolu, suite, pour le XVIIe siècle, de l’analyse dont je viens de vous donner, j’espère, l’envie irrésistible de la lire. Elle m’a fait, et je l’en remercie, l’hommage de ce deuxième volume dont je vous donnerai, le moment venu, le compte rendu fidèle.


[1] Collection « L’esprit de la cité », Paris : Gallimard, mars 2013, 436 p.

[2] Ce serait le rôle d’un bon manuel universitaire.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *