Arrière-plan religieux : ne pas oublier Port-Royal

Numéro 2012Les Chroniques de Port-Royal sont – faut-il le rappeler ? – une remarquable collection de numéros thématiques dont les années passées ont, de façon répétée, révélé l’intérêt pour l’étude du milieu de la haute robe, surtout parisienne, et des « Parlements », de Paris et d’ailleurs.

La livraison 2012 n’échappe pas à la règle : sous le titre de Ruine et survie de Port-Royal, ce numéro est composé majoritairement des actes d’un colloque international des 22-23 septembre 2011, organisé par la Société des Amis de Port-Royal. Sylvio Hermann De Franceschi et Rémi Mathis ont réuni les textes de la publication. Ce sont 279 pages du plus haut intérêt, introduits par les responsables de l’édition, avec des conclusions de Laurence Plazenet. Le volume se complète de deux articles qui s’inscrivent exactement dans la même thématique que celle du colloque.

Historiens de Port-Royal, bien sûr, mais aussi de la société, de la religion (du catholicisme), de la pensée, sont ici en collaboration avec des philosophes, des théologiens et des littéraires de renom. L’ensemble sort résolument de tout schéma préexistant. Si la totalité de l’ouvrage est de très bonne facture scientifique, on atteint parfois, en matière de théologie spécialement, des sommets de finesse et de subtilité intellectuelle. J’en retiendrai d’abord une leçon : la certitude de l’extrême aisance d’esprit de tout le milieu de Port-Royal (ecclésiastiques, religieux/religieuses, docteurs) dans des matières qui nous paraissent aujourd’hui extrêmement difficiles, au moins fort délicates. On perçoit aussi le flou qui entoure toutes les tentatives de « classement » dans un parti ou dans un autre, tant les frontières doctrinales et polémiques restent instables, sinueuses, parfois si ténues qu’elles en deviennent pour nous invisibles, et les « querelles » en grande partie incompréhensibles ! L’ampleur des controverses de ce temps, qui faisait penser à Montesquieu – fatigué – qu’elles étaient un flot perpétuel en constante ébullition, apparaissent dans les nombreuses références infrapaginales. Les spécialistes « purs et durs » du Parlement n’y trouveront guère de données judiciaires ni juridiques, mais, outre que Port-Royal représente l’arrière-plan intellectuel et religieux (visible à travers les bibliothèques) de toute la magistrature du XVIIIe siècle français, certaines contributions intéressent directement de hautes personnalités de la monarchie, tels Pomponne, d’Argenson, Noailles, dont les liens avec le Parlement (au moins de Paris) ne sont plus à établir. Autour du fait de la destruction de Port-Royal des Champs, le volume évalue la part de réalité et de mythe dans la « survie » de ce qu’on pourrait appeler « le port-royalisme », mieux que « le jansénisme ».

Bref état des matières :

Simon Icard : « Sœurs ennemies ? Pour une histoire conjointe de Port-Royal de Paris et de Port-Royal des Champs après 1665 » (p. 15-28) ; Agnès Ravel : « Le rôle des divisions des dévots de la Cour de France dans la marche à la destruction de Port-Royal » (p. 29-44) [où il est beaucoup question, déjà, de d’Argenson] ; André Blanc : « Madame de Maintenon, Noailles et Port-Royal » (p. 45-56) ; Philippe Moulis : « Réseau et clientèle d’un prélat janséniste : Pierre de Langle, évêque de Boulogne-sur-Mer (1698-1724) » (p. 57-75) [une aide précieuse pour mes travaux, tant sur d’Aguesseau, que sur le greffier Gilbert de L’Isle, avec la remarquable gravure « l’arbre janséniste » (p. 67) qui fait irrémédiablement penser à d’autres, diffusées au début des années 1730 et recueillies par De L’Isle pour illustrer le « réseau » des Nouvelles Ecclésiastiques] ; Thierry Issartel : « Hardouin de Péréfixe (1605-1671) et les prodromes de la destruction de Port-Royal de 1662 à 1671 » (p. 77-94) ; Rémi Mathis : « ‘Mon oncle le Docteur’. Antoine Arnauld, Louis XIV et Pomponne : un impossible retour ? » (p. 95-104) [très instructif, aussi, sur le fonctionnement du pouvoir sous Louis XIV] ; Daniella Kostroun : « La Mère Louise-Anastasie Dumesnil et Mademoiselle de Joncoux, dernières gardiennes de la réforme de Port-Royal » (p. 105-118) ; Christine Gouzi : « La destruction de Port-Royal : la mémoire par l’image au XVIIIe siècle » (p. 119-132) [deux illustrations que je ne manquerai pas de rapprocher des estampes collectionnées par De L’Isle dans un travail en cours d’achèvement] ; Michèle Bretz : « Les Gémissements de l’abbé d’Etemare ou la destruction de la Nouvelle Jérusalem : la naissance du culte de Port-Royal » (p. 133-148) ;

Sans distinction matérialisée dans l’édition, on entre ensuite dans des propos moins historiques et plus théologiques qui donnent la mesure du niveau extrêmement élevé de la controverse à cette époque :

Laurence Devillairs : « Le plaisir en théologie. Port-Royal et ses adversaires » (149-166) [j’ai trouvé à faire des comparaisons avec les temps contemporains, tout à fait étonnantes !] ; Jean-Pascal Gay : « La querelle du péché philosophique » (p. 167-200) [ouvre également des horizons insoupçonnés] ; Jean-Robert Armogathe : « Antoine Arnauld dans l’affaire Steyaert » (p. 201-218) [une retour aux sources dans des voies vraiment trop peu connues aujourd’hui] ; Sylvio Hermann De Franceschi : « La grâce de l’ange. Le Traité de l’Action de Dieu (1713) de François-Laurent Boursier : l’angélologie janséniste face au thomisme » (p. 219-241) [Le propos, très novateur, vole vraiment très haut] ; Thomas Guillemin : « Le destin des manuscrits catholiques d’Isaac Papin après sa mort : convoitise et mystère autour de la dépouille intellectuelle d’un sympathisant janséniste » (p. 243-263) [Un éclairage toujours aussi profitable sur les sources « jansénistes »] ; Jean Mesnard : « Le dépôt des papiers de Pascal à saint-Germain-des-Prés en 1711. Note sur la signification des reliques dans la ruine de Port-Royal » (p. 265-271) [Toujours aux sources des sources avec l’expérience d’une longue carrière passée dans leur intimité intellectuelle] ;

Laurence Plazenet donne les « Conclusions » [quelques éléments au vol : « Port-Royal est profondément affaire d’individus » ; « l’analyse de la destruction de Port-Royal… excède le champ du pur événement historique pour toucher à la spiritualité, à l’histoire culturelle, à la théologie, à la morale même… » ; « geste tumultueuse de Port-Royal » ; « caractère ambigu, équivoque de la ‘ruine’ de Port-Royal » ; « prise en compte des contradictions »… Autant d’affinement et de renouvellement de la vision que l’on peut avoir de Port-Royal pour une meilleure compréhension, ensuite, de l’attitude et de la pensée, des choix et des positions, de ceux que nous étudions par ailleurs – la magistrature, entre autres –  et qui furent liés, à un moment donné de leur vie ou de leur histoire au destin du « port-royalisme ».

Jean Lesaulnier (p. 281-301) remonte aux premières origines du projet de destruction de Port-Royal et en édite un certains nombre de sources dans : « Un projet de destruction de l’abbaye de Port-Royal des Champs en 1695 ». Philippe Luez, enfin, revient sur le rôle de d’Argenson, lieutenant de police dans la destruction de l’abbaye : « D’Argenson et la destruction de Port-Royal » (p. 303-317).

Bilan : on apprend énormément de choses, de faits ; on est surtout poussé à réfléchir, à méditer… C’est un travail que l’époque contemporaine ne nous encourage guère à faire, bien qu’il soit la seule parade au parti-pris. 

 

 

 

 


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *