L’affaire Fouquet

Je termine aujourd’hui ma « lecture du soir » : lecture de plaisir, c’est sûr, mais finalement aussi de travail. Sans l’ombre d’un doute, le livre de Madame Simone Bertière, Le procès Fouquet (Paris : Editions de Fallois, 2013, 333 p.) trouve sa place dans mon carnet de recherche et mérite qu’on s’y arrête.

Lu peu de temps après le Fouquet à succès de Paul Morand[1], l’ouvrage de Madame Bertière prend ses marques propres et révèle toute son originalité dans un genre pourtant commun, celui de l’œuvre littéraire : sans être semblable, la plume de Simone Bertière est comparable à celle de Morand, en ce sens qu’elle se lit avec plaisir, même avec délectation. L’auteur s’est placée délibérément dans le créneau de la grande vulgarisation scientifique : associer l’élégance, la vivacité, la drôlerie du style à la rigueur du récit et du fond. Y ajouter une pointe de pédagogie qui fait de ce livre une mine d’informations à la portée des étudiants, dès le premier cycle. Tout le monde a donc intérêt, et plaisir, à lire ce nouveau Fouquet.

Par rapport à Morand, Madame Bertière se distingue par une volonté affichée dès le départ – et maintenue tout au long de l’ouvrage – de neutralité absolue : le célèbre surintendant n’en sort ni la victime d’une effroyable machination d’État, ni le chevalier blanc de la Justice renversée, ni le voleur cynique et profiteur d’une monarchie affaiblie ou désordonnée. Ni tout blanc, ni tout noir : la question repose sur l’attention aux sources. Dans ce domaine, Madame Bertière démontre sa capacité à la critique interne des documents, des sources, de leur nature, de leur rapport à la vérité, sans pour autant avoir donné dans l’érudition. Les notes ne sont jamais des références, mais elles fournissent toujours de très utiles éclairages.

Par rapport au Fouquet de Jean-Christian Petitfils (Paris : Perrin, 1998, 607 p.), le livre de Simone Bertière – dans une genre commun : celui de la grande vulgarisation scientifique, avec pièces annexes, bibliographie et index – se distingue par l’axe de son sujet : Monsieur Petitfils a réalisé une biographie (brillante), Madame Bertière a centré son livre sur le procès, comme l’indique le titre et comme le révèle une structure en deux parties presque parfaitement égales : I – « les acteurs » (p. 35-147), précédée d’un prologue, II – « l’impossible procès » (p. 149-280), suivie de l’épilogue. J’ai lu le premier il y a trop longtemps pour pousser, honnêtement, la comparaison plus loin. Ma lecture d’aujourd’hui est une invitation à relire la biographie…

Les acteurs – il y a du théâtre dans ce choix – sont, vous vous en doutez – Fouquet, Mazarin, Colbert et Louis XIV, mais aussi, plus étonnamment « l’Etat » (p. 65-84) : ce mot revient assez souvent dans l’œuvre. Il ne manquera pas d’interpeller l’attention du lecteur : qui est-il donc en effet – déjà ou encore – cet « Etat » qui n’entre – au singulier – dans les dictionnaires qu’en 1694, et qui n’apparaît jamais au XVIIème siècle, sous la plume des non gouvernants, que dans un sens parfaitement péjoratif : pensons à Corneille[2], à Saint-Évremond[3] ? Synonyme de « gouvernement monarchique » sous la plume de Simone Bertière, le mot risque d’induire – à tort, même dans l’esprit de l’auteur – une idée d’ordre administratif qui n’existe pas encore en France à l’époque de Fouquet, ni dans l’esprit des gens, ni dans la réalité. Il n’en reste pas moins que cette première partie pose des faits, des personnages, et brosse un portrait réussi de la France du temps. Les étudiants y apprendront beaucoup sur les finances, sur les offices, sur l’ambiguïté des rapports « administratifs » qu’entretiennent les différentes autorités compétentes, tant dans le domaine des finances, évidemment, que de la politique générale du royaume.

Le Procès est révélé dans la deuxième partie comme absolument hors norme, « impossible » en effet. Imprévu dans sa longueur, imprévisible dans sa complexité, il repose sur une erreur politique : celle de livrer à la « justice » institutionnelle le sort d’un homme condamné par la « justice » du roi ! Poser ainsi le problème, c’est démontrer – sans que Madame Bertière le dise – ce qu’a encore d’instable, dans la contradiction de ses présupposés, « l’Etat » royal. L’opposition de Fouquet et de Colbert est en effet essentielle, celle de deux esprits, de deux tempéraments, certes, mais surtout de deux conceptions du « service » du roi : l’une est plutôt rétrograde pour viser le but sans considération des moyens ; la seconde anticipe sur la réalité pour promouvoir un ordre « administratif » parfaitement raisonnable et fixe de manière à confondre le service rendu à un homme-roi avec le dévouement absolu à une réalité supérieure et abstraite, l’Etat – justement ! La défense continue de Fouquet est sa « fidélité » inconditionnelle à son maître (qu’il soit Louis XIV, lui-même, ou plus précisément pendant sa minorité, Anne d’Autriche et son ministre, Mazarin) : par tous les moyens, il a collaboré à la « gloire » politique du roi – jusqu’à ce que sa splendeur personnelle ne vienne faire ombrage au Soleil levant ! L’attaque de Colbert n’est pas à voir comme le camouflage éhonté des indélicatesses de son propre patron (Mazarin), mais le volonté de subordonner cette « gloire » personnelle du roi à la santé administrative, financière, économique, du royaume. A travers les chapitres consacrés à démêler les « rêts » financiers de l’époque, Simone Bertière donne toute la mesure de l’incroyable complexité de l’affaire. Du coup, à juste titre, elle démontre le caractère périlleux de « l’information », c’est à dire de l’enquête, elle souligne comment le procès fut « mal engagé », pourquoi il prêta le flan à l’efficace « contre-attaque » de l’accusé, pourquoi et comment le verdict (le bannissement à perpétuité assorti de la confiscation de tous les biens) parut un « échec au roi ». Sans l’avoir dissimulé dès l’introduction, l’auteur a validé sa démarche méthodique en mettant en valeur la seule source vraiment fiable sur le déroulement du procès Fouquet, le Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson, tout en démontant les risques de son utilisation. Sans négliger l’ensemble des témoignages, des papiers, des archives disponibles aujourd’hui, le livre apparaît, surtout sur la fin, comme une interpolation réussie du témoignage du rapporteur le plus connu du procès devant la Chambre de justice. Le tout est animé d’un esprit de finesse : l’intuition de Madame Bertière est mise constamment au service de l’analyse. Cela donne des formules saisissantes, dont je ne présenterai ici qu’un exemple :

« Drôle de procès que celui-ci où l’esprit juridique le plus averti s’apprête à faire face, chez bon nombre de ces magistrats rassis, à un vote d’humeur, fondé sur des impressions, voire des sentiments… » (p. 264)

Le livre, finalement, fourmille de renseignements précis et exacts, sur la procédure civile et criminelle, sur le greffe, sur les arcanes de la juridiction des cours, sur les ressources illimitées de la « chicane », enfin sur le(s) Parlement(s) de Paris et d’ailleurs : il évoque, par exemple, son histoire au moment de la Fronde et son rôle dans le procès par la participation du Premier président de Lamoignon et de certains de ses magistrats à la Chambre. D’ailleurs celle-ci est l’une de ces « commissions extraordinaires de justice » que le Parlement n’aime pas et qu’il dénonce avec pugnacité ; Fouquet, évidemment, en contesta jusqu’au bout la compétence : conseiller, puis procureur général, il argua de de son « privilège » et de son droit à être jugé par ses pairs… L’ouvrage enfin révèle dans toute sa splendeur le retournement – et la versatilité – de l’esprit public, à l’occasion de ce procès : « exécuté sans autre forme de procès » quelques jours après son arrestation à Nantes, en septembre 1661, Fouquet ne serait resté dans l’opinion (puis dans l’Histoire) qu’un « pendu » de la justice fulgurante du roi, conspué par ses contemporains, un de ces « favoris » aussi détestés du peuple qu’un Marigny à la mort de Philippe le Bel, un Le Dain, sous Louis XI, plus tard, un Law, sous la Régence… Soumis au regard sourcilleux et méthodique de la magistrature, professionnellement et héréditairement affectée à l’exécution des lois et à la pesée des culpabilités, Fouquet perdit progressivement son image sulfureuse et retourna en sa faveur le tout-Paris du temps et l’opinion de l’Histoire. La réputation de Louis XIV (à laquelle le roi tient si fort !) en sort ternie, alors même que Fouquet, condamné à mort d’avance, aurait pu être pour Louis XIV l’occasion de prouver au peuple sa grandeur par la commutation de sa peine en détention à perpétuité. Simone Bertière ose même imaginer que ce scénario était dès 1661 dans l’esprit du roi :

« Au terme de cette histoire, on est tenté de formuler une hypothèse. Colbert, engageant le procès, se disait sûr du résultat. Le roi n’aurait-il pas compté, dès le départ, sur une condamnation à mort qui lui aurait permis de faire jouer sa grâce en la commuant en prison perpétuelle – un noble geste pour marquer l’entrée dans son règne personnel ? Mais les défenseurs du surintendant lui ayant coupé l’herbe sous le pied, il aboutit à la solution prévue par des voies moins édifiantes. En tout état de cause, il n’était pas question de lâcher dans la nature un homme ulcéré, aussi combatif, disposant de tant d’appuis, détenant sur les uns et les autres tant d’informations fâcheuses et capable en les dévoilant de créer un énorme scandale : il ne restait pas d’autre solution que Pignerol. Hélas, faute de preuves, nous abandonnons cette suggestion aux romanciers. » (p. 279)

De fait, tout l’art de l’historienne émérite se retrouve dans ce Procès Fouquet mené avec maestria, mais tout le plaisir du roman se dégage de sa lecture.


[1] Cf. sa notice sur BibliParl.

[2] Corneille : « La justice n’est pas une vertu d’Etat » ; « C’est un crime d’Etat que d’en pouvoir commettre »…

[3] Saint-Évremond : « La raison d’Etat est une raison mystérieuse inventée par les Politiques pour autoriser tout ce qu’ils font sans raison »…


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

3 réflexions sur “ L’affaire Fouquet ”

  1. Excellent compte-rendu. Fouquet fascine encore, ne serait-ce que par son château ; les murs du métro parisien le montre parfois pour rappeler qu’il est facilement visitable.
    Que l’on se préoccupe encore aujourd’hui de l’exercice de la justice il y a 300 ans dans un ouvrage de vulgarisation -au-delà de l’aspect politico-mondain qui pourrait trop vite le rapprocher de notre temps- montre que notre quête de comprendre le fonctionnement de ces institutions dans un lointain passé, d’une manière “savante”, n’est pas un exercice vain.

    1. Merci beaucoup de ce commentaire. Puis-je savoir où, exactement, le métro signale-t-il Fouquet ?
      Pour ma part, sortant de la représentation du Misanthrope, au Théâtre de l’Oeuvre (à voir !), je n’ai pu m’empêcher de trouver le lien évident entre certaines tirades de la fin de la pièce (naturellement d’Alceste !) et l’affaire Fouquet. La pièce est de 1666.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">