Mais qu’allait donc faire De L’Isle à la Sainte-Chapelle ?

Fouillant, au CARAN, dans les archives des querelles qui opposèrent à le fin du XVIIe siècle le Trésorier aux chanoines de la Sainte-Chapelle[1], j’y ai trouvé de fameux Mémoires historiques, en quatre volumes, cotés LL 630[2] à 633. Ils sont attribués au chanoine Gilles Dongois[3] et ils ont été exploités, entre autres, par Claudine Billot dans ses travaux sur les Saintes-Chapelles, de leur fondation jusqu’au XVIème siècle [4]. Le nom de Dongois m’a alors ramenée, forcément, à la famille du greffier en chef, Nicolas Dongois[5], patron et bienfaiteur de De L’Isle.

Dans un premier temps, ma demande s’est heurtée, pour les trois premiers volumes, à un refus de communication, pour cause de mauvais état des recueils, mais le quatrième de ces Mémoires pour servir à l’histoire de la Sainte Chapelle avait été microfilmé et le premier coup d’œil sur ce document me donna la curieuse impression du déjà vu : une écriture très inclinée, soignée, lisible, qui rappelait irrépressiblement… celle de Jean Gilbert « de L’Isle », mon greffier préféré. Mais la graphologie est si trompeuse en histoire ! Il fallait trouver des preuves internes de l’identité de l’auteur. Alors j’ai fouillé encore davantage et demandé la communication exceptionnelle des trois premiers volumes. Je remercie vivement Ghilain Brunel, conservateur en chef aux Archives nationales et responsable de la série, de me l’avoir autorisée.

LL 633 microfilmé

Le recueil rassemblait des copies de documents variés, de dates s’échelonnant de la fin du XVIIe siècle aux dernières années 1730, également des listes d’inventaires. Au fol. 9, une première notation devait retenir mon attention :

« Mémoire de l’ouverture du Trésor de la Ste Chapelle en 1690. [en marge :] Lire mon petit Cérémonial de la chambre des comptes pour y voir les jours et les années que ce précieux trésor a esté ouvert pour en montrer et voir les Stes reliques qui y sont renfermées et ce que j’en ay marqué dans ce recueil.

Qui était ce « je » ? Quel pouvait être ce confectionneur de « recueils » ? Gilles Dongois, fils de Nicolas Dongois, le maître de Jean Gilbert ? Puis encore, au fol. 13 :

« J’ay eu communication d’un livre écrit à la main, qui est un abrégé de tout l’estat de la Ste chapelle du Palais royal de Paris, tant au spirituel qu’au temporel depuis le temps de sa fondation jusqu’en l’an 1457 inclus, composé par Jean Mortis, conseiller du roy en parlement, chantre et chanoine de laditte Ste Chapelle… »

L’intérêt pour l’histoire, et de la part d’un connaisseur du Parlement, était une fois de plus évident. Il fallait creuser encore. Au fol. 16v°, on trouvait, comme dans les recueils du conseil secret, une notation bien trop personnelle pour passer inaperçue :

« Le mercredy 8e jour de septembre 1694, feste de la nativité de la Ste Vierge , le roy et la Reyne D’angleterre (sic)[6] viennent en la Ste Chapelle y voir les Stes Reliques du grand trésor dans ma description cy après. J’ay eu le bonheur de les voir y étant et j’en ay fait un procès verbal qui est à lire. Il est dans mon recueil des Processions où je l’ay mis sans y faire attention »…

On avait là la main d’un collectionneur méthodique, organisé et méticuleux jusque dans le souvenir d’un classement erratique. Enfin, au fol. 19, le voile se levait :

« Ce jourd’huy vendredy 2e avril 1728, j’ay esté à la Ste Chapelle avec ma femme, ses deux sœurs et mes trois filles, où nous avons veû, après la grande messe, les reliques qui sont dans la sacristie dans deux armoires dont Mr le Trésorier qui en a les clefs les a envoyées à cet effet à Mr l’abbé Marpon, l’un des chanoines, en présence duquel nous les avons veües avec plus autres personnes, dont l’explication nous en a esté faite par Mr Callon, l’ancien marguillier. »

À n’importe quel amateur des recueils du conseil secret et lecteur du « journal » du sieur De L’Isle, ces quelques lignes, précisément en cette date de 1728, ne peuvent laisser l’ombre d’un doute sur l’identité de l’auteur du recueil LL 633 et de Jean Gilbert. Fantôme du greffe dont je ai décris si souvent la présence à tous les étages du Parlement, De L’Isle hanterait-il aujourd’hui les Archives nationales à tous les niveaux du classement des séries anciennes ?

Au service des chanoines ?

Cette découverte révèle en réalité son rôle très important de collecteur de pièces et d’archives, au service de ses maîtres ou d’autres magistrats du Parlement : le procureur général du roi, Guillaume François Joly de Fleury, dans son testament, atteste de sa dette de reconnaissance à l’endroit du commis-greffier. Concernant les mémoires du chanoine Gilles Dongois sur la Sainte-Chapelle, ils sont largement et évidemment un projet destiné à fournir les arguments et tout l’arsenal des pièces qui permettraient de soutenir sa partie dans le procès en préséance qui l’opposa, lui et le chanoine Louis Roger Danse, au Trésorier de la Sainte-Chapelle, Claude Auvry, vers 1681-1687. Fort de l’appui de son frère qui, au greffe, se trouvait en un centre névralgique de la mémoire judiciaire du Palais, le chanoine Dongois – cela devient évident – dut requérir l’aide du meilleur secrétaire de son frère le greffier, Jean Gilbert, à qui il confia la mission de relever dans le dépôt des actes du Parlement toutes les pièces qui devraient lui faire gagner sa cause. Il est tout à fait certain que le mémoire historique a été rédigé par le chanoine Dongois ; pour autant, les trois volumes de copies identiques que constituent, à l’examen, les cotes LL 630, 631, 632, ont pu être réalisés, à en juger par le graphisme, par Jean Gilbert et par un autre secrétaire des Dongois. De visu, les trois volumes des Mémoires, révèlent bien des informations. Une annotation à la fin de l’avertissement du premier manuscrit, coté LL 630, d’une écriture différente du reste de la copie, éclaire les circonstances de la réalisation de ce recueil :

« Puisque la modestie de monsieur l’abbé du Tronchay luy a fait suprimer icy son nom, je suis obligé d’adjouter à cet advertissement que c’est luy qui a mis ces mémoires en l’estat qu’ils se trouvent aujourd’huy, les emplois que feu mon frère[7] avoit dans le clergé, les dernières années de sa vie, et une longue maladie dont il est décédé, ne luy aiant pas permis de s’y appliquer autant qu’il le souhaitoit.

Ils estoient contemporains d’âge et de profession canoniale ; ils s’estoient l’un et l’autre apliqués soigneusement à la connoissance de ce qui concernoit la Sainte Chapelle et avoient esté extrêmement attachés à ses interests.

L’abbé Dongois avoit un singulier respect pour la naissance, le mérite et la piété exemplaire de Monsr l’abbé du Tronchay ; et mr l’abbé du Tronchay honoroit l’abbé Dongois d’une vraye et sincère amitié, dont il a bien voulu luy donner encore cette marque après sa mort en rangeant, comme il a pris la peine de faire ces mémoires, en les éclaircissans et en y adjoutant beaucoup de choses qui ne contribuèrent pas peu à leur donner quelque considération si l’on trouve qu’ils en méritent. »

C’est la main et le style de Nicolas Dongois, greffier en chef, qu’il faut reconnaître dans ces quelques lignes. Des trois copies, la deuxième cotée LL 631 a pu être réalisée par Jean Gilbert, car c’est dans ce volume que le graphisme est le plus ressemblant[8] alors même qu’il comporte en marge ou en complément des notes d’une autre main : l’ajout le plus tardif concerne le dernier trésorier, Nicolas de Vichy, reçu en la charge le 24 décembre 1739 et le passage mentionne la date de sa mort, 11 avril 1783. C’est dire la complexité de l’élaboration de ces Mémoires qui entremêlent ainsi au moins cinq interventions.

J’ai compris alors pourquoi les recueils du Conseil secret du Parlement, fameuse collection de Jean Gilbert de L’Isle, étaient parsemés de notules concernant les chanoines de la Sainte-Chapelle, en particulier à l’occasion des messes et cérémonies du Parlement, au Palais…

Pour l’amateur, tous les détail seront dans l’article réuni au volume, à paraître, des actes du colloque du CESR (Tours) de juin 2013 sur les Saintes-Chapelles.


[1] Pour la querelle de 1667, dit du « Le Lutrin », voir la première publication de la pièce de Boileau, en 1674, dans Œuvre poétique de Boileau-Despréaux, éd. N.-A. Dubois, Paris : Éditions Classiques (Jules Delamain), 1856, sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5459985b. Un autre conflit opposa Gilles Dongois et le chanoine Louis-Roger Dansse, d’un côté, au Trésorier Claude Auvry.

[2] Arch. nat., LL630 : « Memoires Pour servir a l’histoire de la Sainte Chapelle du Palais Royal a Paris. Receuillis par mre Gilles Dongois chanoine de la même eglise, Prestre licentié en Theologie, conseiller en la chambre souveraine du Clergé, et en celle du Dioceze de Paris. Reveus et mis en ordre arpès son decez. »

[3] Né à Paris le 9 mars 1636. Mort à Paris, le 7 novembre 1708.

[4] Claudine Billot, « Les chanoines de la Sainte-Chapelle », dans L’État moderne et les élites. XIIIe-XVIIIe siècle : apports et limites de la méthode prosopographique, publié par Jean-Philippe Genet et Günther Lottes, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, Paris : Publications de la Sorbonne, 1996 ; Ead., « Les Saintes-Chapelles (XIIIe-XVIe siècles). Approche comparée de fondations dynastiques », dans Revue d’histoire de l’Église de France, 73, 1987, p. 229- 248.

[5] 1634-1717.

[6] Il s’agit de Jacques II Stuart (1633-1701), roi d’Angleterre à partir de 1685 et de la reine sa deuxième épouse, Marie de Modène (1658-1718), chassés d’Angleterre par la Glorieuse Révolution de 1688 et réfugié en France sous la protection de Louis XIV qui refusa, jusqu’au traité de Ryswick de 1697, de reconnaître – du bout des lèvres – Guillaume III d’Orange.

[7] Souligné par nous.

[8] La ressemblance avec le recueil de De L’Isle, coté U 746, des Actes du Parlement de Pontoise en 1652, est impressionnante.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *